Prisonniers des smartphones - Partie 1

by Laura

2
0
0




Opinion

smartphone dependency

 

Le téléphone, cet outil qui fait partie intégrale de nos vies désormais. Il nous quitte rarement et nous suit comme un appareil qui nous serait imposé par la loi pour pouvoir traquer tous nos mouvements. Il est devenu essentiel et nous rend énormément dépendants, à tel point qu’une journée sans téléphone serait fatale pour certains.

Je vais vous prouver comment ce téléphone nous a rendu esclaves et nous donne une fausse sensation de pouvoir et liberté, qui n’est en réalité, qu’une illusion. Il suffit juste d’ouvrir les yeux pour voir, mais nous avons les yeux fermés, ou plutôt, penchés sur le téléphone.

Le téléphone en soit n’est pas quelque chose de mauvais. C’est vrai qu’il nous facilite la communication et certaines tâches et aspects de la vie quotidienne sont plus faciles et rendus possibles grâce à lui. Ne nous trompons pas, le progrès dans la technologie et dans le téléphone n’est pas quelque chose de mauvais ou nuisible. C’est, comme toujours, l’abus qui dégrade l’effet souhaité. En surdose, comme la plus part des choses, les avantages que l’on espérait obtenir disparaissent et peuvent se convertir en effets indésirables et même néfastes. Le problème s’aggrave d’autant plus que les victimes ne s’en rendent même pas compte de la surdose et ne voient pas les effets défavorables. Si à cela nous ajoutons le fait que cette surdose se répand à un rythme accéléré, nous sommes témoins ici d’une épidémie où les victimes sont des zombies accros, accros de leur téléphone.

Je ne vais pas consacrer du temps à parler des avantages du téléphone, car le but de cette article et de faire voir, comment, l’abus dans certains cas nous a rendu extrêmement dépendants et ce n’est pas forcement quelque chose de bon et sain.

Commençons par quelques chiffres qui s’appliquent en France :

  • -          77% détiennent un smartphone
  • -          Dans une journée, le smartphone est consulté en moyenne 26,6 fois par jour. Pour les jeunes (18-24 ans), ce chiffre est quasiment doublé (50 fois par jour).
  • -          Le soir, 23 % jettent une dernière fois un œil dessus moins de cinq minutes avant de s’endormir.
  • -          58 % reconnaissent qu’il leur arrive de consulter leur smartphone au volant.
  • -          49% s'en servent notamment dans les transports en commun
  • -          Pour 20%, il se passe moins de cinq minutes entre le réveil et le premier coup d’œil au téléphone portable (hors désactivation de l’alarme). Une proportion qui double chez les 18-24 ans.
  • -          47% consultent leur téléphone lorsqu'ils se réveillent au milieu de la nuit.
  • -          81 % disent utiliser leur smartphone pendant les repas pris en famille ou en compagnie d’amis
  • -          43% des jeunes affirment qu’il leur arrive de rentrer en conflit avec leurs parents à cause d’un usage excessif du téléphone.

Les données de l’étude française sont issues de l’enquête internationale de Deloitte ("Global Mobile Consumer Survey 2016") menée sur 30 pays, auprès de 49 000 répondants. Les données présentées dans l’édition française sont basées sur un échantillon de 2 003 répondants français âgés de 18 à 75 ans.

Cet échantillon valide les quotas d’âge, de genre, de région, et de représentativité professionnelle et de situation socioéconomique. L’enquête a été réalisée en ligne entre mai et juin 2016 par Ipsos MORI, société indépendante spécialisée en enquêtes et sondages. Les données ont été exploitées par Deloitte.

Qu’en pensez-vous ? La moindre chose que l’on peut dire est qu’en effet, le téléphone joue un rôle important dans notre vie pour la plupart. Mais, est-il si important qu’il mérite autant d’attention ? Si oui, est-il réellement important ou…le rendons-nous important ? Quels sont les effets négatifs ? Qu’en est-il de cette surdose ?

A savoir, aujourd’hui qui dit téléphone dit smartphone, et les réseaux sociaux vont avec. Cette combinaison est super dangereuse dans certains cas. Le téléphone devient alors une fenêtre ouverte à la vie de nos ‘amis’. Nous pouvons voir à tout moment ce qu’ils font, avec qui, ou, et même dans quel état d’âme ils se trouvent. Mais attention, ce n’est pas une fenêtre ouverte qu’à la vie des autres, ça peut l’être aussi pour la nôtre !

Que se passe-t-il quand nous mettons en ligne tout ce que nous faisons ? Quand nous signalons que nous sommes au bar du coin avec un tel en train de boire un café que nous avons pris en photo pour bien montrer à quoi il ressemble (au cas où personne aurais jamais vu un café). Quand nous nous promenons dans la rue et que nous voyons un spectacle de break dance ou quelque chose ‘d’insolite’, et nous nous dépêchons de sortir le téléphone pour le filmer et quelques instants plus tard le partager sur le net. Et bien il se passe deux choses principalement. D’une part tous nos contacts[1] sont au courant de ce que nous faisons. D’accord, cela on le sait bien, on a plus de vie privé mais c’est un choix. De toute manière nous ne montrons que ce que nous voulons donc voilà, pourraient dire certains…[2] Par contre, le fait d’avoir eu le réflexe de sortir le téléphone pour qu’il devienne témoin du moment nous montre à quel point nous voulons nous montrer et que les autres sachent. Que les autres sachent quoi ? Qu’ils sachent ou on est, avec qui, quoi… en d’autres termes, qu’ils sachent de nous. Pourquoi est-il si important ? Pourquoi ne pouvons pas profiter du spectacle de break dance, sans avoir à le regarder à travers un mini écran en se gelant les mains en plein hiver ? Nous pourrions simplement regarder, en être témoins, profiter du moment et le garder que pour nous, c’est notre moment de vivre et pas celui des autres. J’en suis sûr que si certains n’avaient pas de téléphone, ils ne s’arrêteraient même pas pour écouter la chanteuse de rue, ou regarder le mime au centre de la place.

Nous faisons que le téléphone et les réseaux sociaux soient la première pensée qu’on a à pleins de moment de notre vie. Nous nous efforçons pour nous montrer alors que nous oublions le principal : de vivre nous-mêmes. Et si nous vivions l’instant présent au lieu de nous préoccuper de la qualité de la vidéo, des réactions des gens quand ils vont la voir ou de combien de likes on pourra y obtenir ?

 

[1] Oui, ce sont des contacts et pas d’amis, avouons-le. Combien de personnes que nous avons dans les réseaux sociaux sont dignes de nos secrets, problèmes et autres que nous ne partagerions qu’avec nos vrais amis ?

 

[2] Le fait de ne montrer que ce que nous voulons est quelque chose qu’il ne faut surtout pas oublier quand nous naviguons sur les réseaux sociaux de nos contact. En effet, leur vie n’est peut-être pas si magnifique qu’il le parait car ils ne nous montrent que ce qu’ils veulent que nous voyons. Mais ceci sera traité dans un autre article.

 

La suite dans la partie 2 ici.



Tags:   prisonniers des smartphones technologie telephone mobile dependants reseaux sociaux - partie 1 téléphone


Give your vote

What do you think?



Not satisfied with this opinion?


Why not publish you own opinion about the same topic or something else?

Publish your opinion now!



Back to the top